Frédérique Petit

Accompagnement de la croissance intérieure

Coaching - Séminaires - Conférences

82 rue Alphonse Mercier – 59800 LILLE

Consultations sur rendez-vous - Tél. : 06 59 58 93 31

 

Croissance Intérieure / Comment passer de la culpabilité à la responsabilité ?

" Je ne suis pas à la hauteur", "Je suis vraiment nul", "Je devrais savoir faire cela", "C'est mon rôle de réussir ceci", etc. Que de pression et de tensions quand, épinglés sévèrement par notre juge intérieur, nous nous remettons en cause ! La culpabilité est un poison qui nous ronge. Or, la confusion entre responsabilité et culpabilité est fréquente. Posons déjà un principe : nous nous sentons coupables parce que nous prenons des responsabilités qui ne nous appartiennent pas.

Voici quelques repères pour vous permettre de clarifier vos propres sentiments et d'ouvrir un dialogue avec votre culpabilité !

 

La responsabilité

Nous sommes toujours responsables des actions que nous faisons ou des réactions que nous avons puisque nous en sommes l’auteur. La preuve : nous aurions pu ne pas faire cet acte ou réagir autrement. Mais nous ne sommes pas responsables des actions ou réactions (ou non actions et non réactions !) que l’autre aura face à nos actions ou à nos réactions.

La culpabilité

La culpabilité, ou le sentiment de culpabilité, naît de la contradiction entre ce qu’on veut être (= mon idéal en tant que personne, et en tant que professionnel) qui l’on constate être ou les résultats des actions que l’on mène. Donc, de la différence entre l’image de soi-même et ce qu’on est/fait réellement.

La culpabilité peut se tourner vers l’autre également : nous culpabilisons notre partenaire/notre collaborateur lorsque celui-ci/celle-ci ne correspond pas à ce que nous attendons de lui (en fonction de notre idéal d’un bon partenaire, d’un bon collaborateur, etc…). Or un idéal n’est pas la réalité. Il y a là un décalage entre l’image idéale de ce que nous avons de lui et ce qu’il est ou fait réellement. Ce dont nous le rendons responsable !

Conséquences pour soi :

- Ecrasement, déflation, jugement de soi, déprime/dépression, baisse de l’estime de soi, remise en cause personnelle, auto accusation (« je suis nul, je ne suis pas à la hauteur, je n’y arrive pas »…)

- colère, rejet, mode « rebelle », mise à l’écart de soi et des autres

Conséquences pour les autres :

- Incompréhension, perte de repères dans la relation
- Démotivation
- Sentiment d’être abandonnés/rejetés,
- Colère en réaction (escalade de l’incompréhension, qui mène au conflit)
- Culpabilité en réaction (« je ne sais pas l’aider… »)

 

Passer de la culpabilité à la responsabilité

Si l’on coupe le mot «responsabilité», cela donne respons-abilité : « habilité à répondre adéquatement à une situation donnée ». Il s’agit de prendre la responsabilité pleine et entière de ses actions et réactions et laisser à l’autre cette même responsabilité.

 

Comment faire ?

1/ Mettre des mots sur ce que l’on vit et ressent, pour éviter que la culpabilité ne se transforme en honte (car la honte se nourrit du secret).

2/ Ecouter sa colère car elle nous aide à remettre les responsabilités à la bonne place :

  • De quoi suis-je suis réellement responsable ?
    • Clarifier l’idéal/ les idéaux que l’on a de soi (je devrais.., il faudrait que je…) en tant qu’homme/femme, en tant que conjoint, en tant que professionnel (selon les cas) : « un bon père, c’est … » « Un bon patron, c’est… », etc.
    • Clarifier les idéaux que l’on a pour les autres (ma vision d’un « bon collaborateur », d’un « bon conjoint », d’un « bon fils »…)
    • Vérifier intérieurement qu’en fait, personne d’autre que notre tyran intérieur ne nous demande d’atteindre cet idéal.
    • Redéfinir son périmètre de responsabilité, en le faisant reposer sur des bases plus réalistes (baisser le niveau d’exigence), en renonçant à la toute-puissance (celle du sauveur/superman).
  •  Quelles sont/quelles pourraient être les responsabilités des autres ?

Il est très utile de demander aux autres quelles sont leurs attentes. Très souvent, nous les avons prises en charge à leur place, en fonction de notre idéal et modèle de perfection, sans valider au préalable leurs besoins réels, leurs envies, et leurs propres capacités à prendre leur part.

 

Pour conclure

Nous pensons trop souvent pouvoir diriger nos vies à la seule puissance de notre « petit moi ». C’est la porte ouverte à la toute-puissance, à l’inflation de l’égo, et le chemin assuré, tôt ou tard, vers un vécu intérieur négatif, qui se manifestera dans nos vies par mille tensions, dont la culpabilité.

Dans une démarche plus spirituelle, j’aime m’inspirer de cette phrase : "Prie comme si tout dépendait de Dieu, agis comme si tout dépendait de toi..." *. Belle invitation au lâcher prise, à l’abandon à la confiance en la Vie ! Avec au cœur la conviction que, si nous acceptions de renoncer à l’illusion de la maîtrise, nous serons guidés avec douceur vers notre réalisation.

* Cette phrase est issue de la maxime profonde et à première vue paradoxale de Maxime de Hevenesi, Jésuite hongrois :

« Telle est la première règle de ceux qui agissent :
Crois en Dieu 
comme si tout le cours des choses dépendait de toi, en rien de Dieu.
Cependant mets tout en œuvre en elles, 
comme si rien ne devait être fait par toi, et tout de Dieu seul. »

"Scintillae Ignatianae" (1705)

 

Frédérique Petit
Accompagnement de la Croissance Intérieure
www.unpetitpaspour.fr