La quinte du Tout

 Aux exploiteurs zélés de la quinte de toux,

Fossoyeurs du vivant, scelleurs de liberté,

Aux experts agités de soubresauts avides :

 

Arrive le temps béni des Hommes vêtus d’hardiesse,

S’offrant en mille parfums, cohortes de tendresse,

Rassemblés dans l’étreinte, jouissant de la liesse.

 

Il est des rébellions toute en délicatesse,

Qui se parent d’amour autant que de sagesse,

Pour s’adresser aux cœurs confinés d’étroitesse.

 

Elles disent la beauté des aubes impavides,

Quand l’âme lumineuse, baignée d’éternité,

S’abandonne joyeusement à la quinte du Tout.

 

Texte de Frédérique PETIT_Septembre 2020

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Défiler vers le haut